Rueda : Salsa collective avec changement de partenaire  VIVA-DANSE

Quelques explications sur le Carnaval


A l'occasion de notre dernier Carnaval, plusieurs personnes m'ont demandé des explications complémentaires sur la grosse clé (en carton) que j'utilise symboliquement pour ouvrir et fermer le Carnaval. Vous trouverez ici quelques explications dans ce sens. A la fin de cette page, vous trouverez également quelques liens sur le site de la télévision brésilienne "Globo" qui pointent directement sur des vidéos de Carnaval. Vous pourrez voir danser le Frêvo en situation avec les petits parapluies de couleur. Avant cela, voici comme promis quelques bribes d'explications sur le Carnaval...

Notre calendrier est ponctué de fêtes d'origines profane ou religieuse avec un certain "métissage" des genres comme on peut le constater au sujet du Carnaval.

Du point de vue religieux, Carnaval est la période qui commence à l'Epiphanie (jour des Rois, fin des fêtes de Noël) et se termine le mercredi des Cendres avec le début du Carème. Mais en fait, la fête existait bien avant qu'elle ne revête un sens religieux, probablement en liaisons avec les réjouissances qui accompagnaient les anciennes fêtes d'hiver.


le texte ci-dessous en italique provient du site : Cliquez ici (Carnaval - Origines)

Pour les Anciens, l'année débutait non en janvier, mais en mars. Le mois de mars était donc le premier mois de l'année, celui du renouveau de la nature et du réveil de la terre. Or, avant toute nouvelle création, le monde doit retourner au chaos primordial pour se ressourcer. Ce chaos était représenté par le Carnaval, au cours duquel un pauvre d'esprit était élu roi et revêtait des ornements royaux. Un âne était revêtu des vêtements épiscopaux et officiait à l'autel. Or, l'âne symbolise notamment "satan", c'est-à-dire l'inverse de l'ordre assuré par l'Eglise. Au cours des fêtes du Carnaval, toutes les individualités disparaissent sous les masques et le maquillage, permettant ainsi la confusion qui symbolise le chaos.

.../...

Comme toute fête au sens plein du terme, le Carnaval est la négation du quotidien. Symbole même de la fête populaire, il instaure un temps pendant lequel il est possible de s’affranchir des règles et des contraintes du quotidien. Ainsi, il permet d’outrepasser les règles morales et sociales.



D'un point de vue social, il s'agit donc d'une période de transgression, dans laquelle on reconnaît une fonction exutoire. On comprend aisément qu'il est nécessaire qu'ensuite, les choses rentrent dans l'ordre, d'où la symbolique de l'ouverture et de la fermeture du Carnaval.

Maintenant quelques exemples où la transgression est évoquée.

D'abord quelques extraits de la chanson "Au bal masqué" de la Compagnie Créole. Vous trouverez le texte inégral au lien ci-après Cliquez ici (Au bal masqué)

Aujourd'hui je fais ce qui me plaît me plaît
Devinez devinez devinez qui je suis

.../...

C'est l'occasion rêvée de changer de partenaire (Superman Spiderman)
On peut s'envoler en gardant les pieds sur terre (Josephine Colombine)
Aujourd'hui j'embrasse qui je veux je veux
Devinez devinez devinez qui je suis
Derrière mon loup j'embrasse qui je veux je veux
Aujourd'hui tout est permis
Aujourd'hui tout est permis

Au sujet de "j'embrasse qui je veux", dans certaines villes du Brésil, il est d'usage chez les jeunes gens de s'embrasser sur la bouche sans se connaître. Comme c'est bon enfant, chacun est libre de se prêter au jeu ou non, mais celles et ceux qui s'y prêtent ne font pas les choses à moitié.


Maintenant quelques vidéos de la chaîne brésilienne "Globo"


Portail de la chaîne brésilienne Globo sur le Carnaval : Cliquez ici (Carnaval au Brésil)

Vous pourrez choisir les vidéos à loisir. Au bas de la page, la rubique "Monte seu Samba" (Fabrique ta samba) permet d'écouter ensembles ou séparément les différents instruments. Il y a également une rubrique "Carlihnos de Jesus". C'est un grand danseur et chorégraphe brésilien. Je l'ai rencontré à Paris lors de coupe du monde de Football, puis plusieurs fois dans son école à Rio et dernièrement dans le bal qu'il a créé et qu'il anime à Rio.


Orquestre et danseurs de Frêvo : Cliquez ici (Olinda)


Quelques adresses pour aller danser à Rio


En plus du Carnaval, les brésiliens dansent aussi tout au long de l'année. Voici quelques adresses à Rio de Janeiro où l'on peut boire une verre, regarder danser les brésiliens en couple (Samba de gafieira, Forró, Zouk brésilien...) et esquisser quelques pas de danse. Lúcia et moi avons fréquenté les trois adresses. Il est conseillé de se renseigner sur place ou de vérifier sur le site les jours et heures d'ouverture ainsi que les thèmes des différentes soirées.

Gafieira Estudantina

79/81 Praça Tiradentes, Centro
tél. (de Rio) 2232-1149
Email : contato@estudantinamusical.com.br
www.estudantinamusical.com.br

Lapa 40 - Sinuca & Gafieira

Rua do Riachuelo, 97 - Lapa
tél. (de Rio) 3970-1338 ou 3970-1329 ou 3970-1334
Email : contato@lapa40graus.com.br
www.lapa40graus.com.br

Passeio Público Dance

Av. Rio Branco, 277 - Centro
tél. (de Rio) 2220-1298
www.passeiodance.com.br



Viva-Danse® Cours de danse à Paris 10°, 12°, 15° arrdt
Rock, Valse, Tango, Paso doble, Cha cha cha, Charleston, Country, Danses latines, etc.
Cours particuliers - loisir - mariage - anniversaire - enterrement de vie de jeune fille
     Réalisation du site : Noël Mairot   contacter le webmaster